Philippe Barrot : Comment avez-vous rencontré la langue japonaise ?
 
Corinne Atlan : C’est le fruit du hasard, si hasard il y a… J’ai toujours été passionnée par les langues, au lycée j’adorais le grec et le latin, et après le bac, je me suis inscrite aux Langues’O. Je voulais étudier une langue à idéogrammes, cette forme d’écriture me fascinait. J’ai choisi le japonais plutôt que le chinois car à l’époque la Chine était assez fermée. C’était particulier d’aller en Chine. Or mon but, c’était de maîtriser la langue pour pouvoir aller vivre dans le pays. J’avais 17 ans et la culture japonaise m’a immédiatement captivée. Après les cours j’allais à la cinémathèque au Trocadéro me gaver de films, parfois même pas sous-titrés, alors que j’étais encore débutante en japonais. Je dévorais tous les textes traduits – il n’y en avait pas énormément dans les années 70.
 
P. B. : Une précision sur la langue japonaise, elle lie plusieurs alphabets ?
 
C. A. : Le japonais allie les idéogrammes chinois à deux syllabaires phonétiques. Ce n’est pas une langue de la même famille que le chinois, et adapter les caractères chinois à une langue aussi « étrangère » représente un vrai de tour de force. (...)
 
 
Entretien avec Corinne Atlan
Accueil Collaborateurs, Index Archives Contact
Iraj ValipourValipour.htmlshapeimage_5_link_0
Carnet d’un parlementaireCarnet%20d%27un%20parlementaire.htmlshapeimage_6_link_0
Catherine Maria ChapelChapel.htmlshapeimage_7_link_0
L’ordinuscrit
L’écriture-webOrdinuscrit.htmlOrdinuscrit.htmlshapeimage_8_link_0shapeimage_8_link_1
Bruno SibonaSibona.htmlshapeimage_9_link_0
Entretien GraspenRist%20van%20Graspen.htmlshapeimage_10_link_0
Jean-Claude EmionEmion.htmlshapeimage_11_link_0
AquatiquesAquatiques.htmlshapeimage_12_link_0
Entretien Helene SchmitzHelene%20Schmitz.htmlshapeimage_13_link_0
Philippe JaffeuxJaffeux.htmlshapeimage_14_link_0